ven 18 août 2017
Contes et histoires - Uno partido de casso
Quand la sasou frec fèito, à la fi de setembre,
AUBY ambe RAMPEU gaitèguen de s'entendre,
Per s'en ana cassa sus mountanhes d'Ourlu,
Al Bis ou à Mourtes, En Beys ou Engaùdu.
S'entretenion d'aco, al café, la brespado,
An beben le vermout ou l'absinto anisado.
Cal espliqua d'abord que RAMPEU è AUBY,
S'anaben pas toutjoun al calè le maiti,
Manquaben pas jamès, toutis at poden creire,
Le souèr,aban soupa, de sirouta lour beire.
Le trabalh que fasion èeo pas pla espes,
Car l'aün es rentiè è l'autre fa pas res.

A bèl tens, douçoment, rasounéguèn
la caùso,
Per que, le joun boulgut, res ious pourtès
pas naùso.
Per les acoumpanha dins aquelho escursiou,
Ious calio dous catdèts an coullabouratiou,
Dous omes pes guida dins touto la mountanho,
Que sapiessen cassa è sens'abe la canho,
Les menèssen pertout oun les dous tardibals,
Pouirion tua isards, ouxis ou perdigals.
Perèsse pla serbits calguèc pas cerca
gaire,
I abio les dous BANETS, le goujats è le paire.
N'è pas besoun assi de presenta Banet,
Tout le mounde couneich qu'es ome de sang fret,
L'esprit present, l'èl biù, la camo degourdido,
Refusant pas jamès uno bouno sourtido,
On se soube dins Ax que troubèc l'oux, un joun ;
I demourabo pas qu'uno cargo de ploum,
Mè reflechic pas tens, d'un cop pla
ajustat,
A l'oux que le gaitèc d'un aire estoumaquat,
De proche le bisant, pusque le cop fèc balo,
Iembouièc, sense poou, uno cargo mourtalo.
Le goujat de BANET, FIRMIN, de soun prenoun,
Se n'es pas un fenix, poussèdo qualque doun ;
Canto coumo'n pinsou è dins uno mountanho,
I pot abe plase de l'abe per coumpanho.

Les dous omes troubats, calio le bourricot,
Per i carga dessus le pa è le fricot,
Les cartes, le tabac, les liquous è la bouto,
Tout ço que cal, anfin, per qualque joun de routo,
Quand on sab qu'a l'endreit que bous attend, l'hôtel,
Es fèit de la grandou de la térro è del cèl.

TOULHAU ious prestèc l'ase.
Un maiti de frescuro,
Les quatre coumpanhous partiguen an mesuro.
Les quatre ! i a errou, èren pla cinq, bertat,
Que prenion le cami d'un pas pla mesurat.
RAMPEU, AUBY, BANET, le siù goujat è l'ase,
Me semblo que fa cinq, s'es permes
que me base
Sus un noumbre è noun pas sus uno qualitat.
An sieguen le cami, al debant estudiat,
La cigaretto as pots, la colho coumbersabo,
Marchant paùsadoment, l'ase les escoutabo,
E per prouba darrè que seguissio le fièl,
Esprès, de tens an tens, durbio le pot de mél;
Oh ! disio pas caùso, un mot, à sa
maniéro.
E se tournabo mettre al pu lèu la croupièro.
Pourtant, dous ou tres cops que la coumbersatiou,
Se meritabo pas la mendro attentiou.
Que de ço qu'entendio n'abio jusqu'a
l'esquino,
Iotis dichéc, per debant, caire qualquo pralino,
Seguido su l'moument d'un soupir, que l'aùdou,
Se prenio mès pel nas que dins un moucadou.
Le fèt urousoment empourtabo pas gaire,
Parce que le parfum èro poussant per l'aire.
Mès aquelos faiçous amusaben AUBY
Que, sense se gena, le boulguèc escarni.

An s'amusan atal OURLU frec lèu an bisto.
Le bourrou de TOULHAU qu'indicabo la pisto,
Anabo pas pu lhèns ; Besen que fasio joun,
As bourricots d'Ourlu boulguèc dire bounjoun.
Sen poudio pas tourna capo chèz el, que diable !
Sense dire quicom as qu'èren à l'estable.
Per ious, fè pla entendre un maitinhé salut,
Se mettèc à brama coumo sèro perdut.
Tres cassairis sus quatre ajèguen la coulèro,
I abio pas que AUBY que fasio la galèro.
Ié ! se disio BANET : Aquel ase be folh,
Le siù gougat tabes : ja se coupès le colh,

E RAMPEU ajustabo : Ag amaùtara tout.
An effèt, un moument apèi, d'un paùc pertout,
Pujabo dins le cèl, sourten de cado porto,
Un refrain embouiat d'uno bouts un chic forto.
OURLU, aquel maiti, se troubéc despertat,
Per un rebèlh qu'un ase abio pla remountat.

Les cassairis aqui, dounc, debion cambia l'ase.
Cresion d'en loua un boun marquat, mè biètdase,
Roundèguen tout Ourlu è troubaden pas res.
Boulion douna cinq francs, èdiù,
jusqu'a MOURTES.
Les que poudiou loua, se chaùtaben
pas gaire,
Per un ta petit prèx de ceda le pourtaire,
Anfin coumo calio tout de même fini,
Louèguen per oueit francs le bourrou de NAUDY.
Quand l'ajèguen cargat de tout lour equipatge,
Omes è bourricot quittèguen le bilatgè.
Le tens èro supèrbe, un soulelh de tardou,
Daùrabo le pais de touto sa coulou.

Le cor tout rejouit, an parlant politico,
Le cami se fasio dins un joun pouético,
Joun que pes coumpanhous permettio d'espera,
Uno poulido nèit è un boun lendouma.
Se pressaben pas trop, al dessus de la forjo,
La calou ious fasio picouteja la gorjo,
De poou per lour gousiè, l'affé frec decidat,
Que birion pas pu lhèns abann d'abe dinat.
Al coustat d'uno fount, jous un petit oumbratge,
De prendre un boun repèich ajèguen le couratge,
Apèi, fumant la pipo en bouno pousitiou,
S'accourdèguen un tens per fè la digestiou.

Le cos pla repaùsat è la panso garnido,
Reprenguéguen cami an louanjan la bido,
Passèguen à la filo al pount
de JUSTINIEN,
RAMPEU boulguèc parla sus aquel grand Troyen.
Les aùtris, d'un tal noun, n'abion pas couneichenço,
é n'escouteguèn pas brico la counferenço,
RAMPEU tout al sujèt è se maifisan pas,
Mettèc al même cop les pès dins un fangas,
Fec poou, an engourgant, à dous ou tres
granhotes.
Quand se tirèc d'aqui n'abio ple les
dous botes,
I calquèc un moument per se frega les pès,
De debassis cambièc mé noun pas de souliès,
Tabes, à cado pas, troubado la frescuro,
AUBY, tout bounoment, risio de l'abenturo.
Le cirque d'Engaùdu dinhe d'admiratiou,
Rettenguèc an passant touto lour attentiou,
Mé regulièroment le soulheil s'abaichado,
Toutjoun un chic pu naùt la colho caminabo,
é Sense qu'arribès aùtro caùso d'espes,
Les quatre omes è l'ase attenhiguen MOURTES.

Ero l'endreit caùsit coumo centre de casso.
Calio, prumièroement, ourganisa la plaço,
Coumo pu grand besoun, ramassa
qualque broc,
Per poude, dins la nèit, entreteni le foc.
Metèguen les paquets, les fusils è les biùres,
Dins un couèn de cabano, un paradis des piùses,
Adoubèguen le jas è le paire BANET,
Estaquèc, un chic loung, l'ase tour d'un piquet.
Quand tout frec coundousit, an coumodo pousturo,
Per at debremba pas, prenguèguen nouirituro.
A la fi del respèich, de sa bouts de pinsou,
Le goujat de BANET cantée qualquo cansou,
Mè la nèit abio pres poussessiou de la tèrro.
Ero l'ouro d'ana cluca la perpelhèro,
Dins la bièlho cabano, asile des baquiès,
Oun RAMPEU abio mes à seca les souliès,
Les quatre coumpanhous, l'amo sense enquietudo.
Durmiguen dins la pax de la grando altittudo.

Le lendouma maiti, aprèts un boun soumèlh,
Cadun se despertèc sense cap de rebèlh ;
Uno deceptiou, deforo les guestabo,
Dins un laùge broulhard MOURTES s'embouloupabo,
Ane, diguèc BANET, l'affé es entendut,
Cassaren pas isards mè tout n'es pas
perdut,
Beiren les perdigals, ious ficaren la
rousto,
Al debant, se boulèts, anan coupa la crousto.
Un chic de salcissot, de pa, un cop de bi,
Atal se coumencèc le dousièmo maiti.

Tres quarts d'oures aprèts, d'uno alluro prudento,
Malgre le tens brumous, la troupo counfiento,
Countre les perdigals, sense cap de piètat,
Marchabo cranoment an ordre dispersat.
Me chez les perdigals qualquares se passabo,
Ni an blanc, ni an gris, pas un ne se moustrabo.
Les quatre coumpanhous cerquèguen tout le joun,
Roudèguen la mountanho an trabèts è an loung,
Féguen pas lheba res è per coumble, la plèijo,
Se mettèc à toumba debès les tres è mièijo.
Casio sense regrèt, tabes les fusilhès,
Larjoment arrousats del cap jusques as pès
Sense abe bist boula la pu petito plumo,
Reganhèguen MOURTES dins la pleijo é la brumo.
Estaquat al piquet è manjan à l'entour,
L'ase, tranquilloment, assistèc al retour.
Trempadis de pertout, tiran un paùc la camo,
Alhumèguen le foc è proche de la flamo,
An fasen la baùdufo, an biran, rebiran,
An trabèts, de coustat, per dairrè, per deban,
Cequèguen les effets.
La neit èro bengudo.
Aprèts abe soupat, presis de lassittudo,
An esperant quand mème un milhou lendouma,
Su l'alo de la son se dichèguen pourta.

Le troisièmo maiti, le soulelh courounabo
Cado cimèl de pic, sus toutis trioumfabo,
Rei sûr de soun poudè, preino poussessiou
Del mounde qu'esclairabo; A soun apparitiou,
La jôio que partout, amb'el prenio neichenço,
Al cor des coumpanhous fèc grandi l'esperenço,
E dins le debut clar d'un joun de bèl aspèc,
Talèù le dejuna la casso reprenguèc.

Mème punt de depart, mème ordre que la bèlho,
Mèmo directiou è boulountat noubèlho.
Le gibiè, saquela, n'èro pas pu numbrous,
E le tens fugissio, quand un brut de froufrous,
Le laùjè batoment d'uno alo que fen l'aire,
Sus plaço, an pousitiou, fixéc cado cassaire.
Un bol de perdigals, qui ag aùrio pensat,
Debant les fusilhès anfin s'èro lhebat.
Pan pan, pan pan, pan pan, à corgo repetado,
les quatre canardiès tirèguen à pourtado.
Debion abe cargat le fusil de ploum tort,
I ajèc pas un aùsèl de blassat ni de mort.
La plumo mès enlha toutis les s'empourtabo.
Pourtant, an même tens, un drame se passabo,
AUBY, afarounit per ajustà le bol,
Mal calat, an tiran, s'espatarnèc
per l'sol.
An casen, de la ma que tenio l'escoupeto,
Truquèc sus un gros roc coumo amb'uno
masseto.
Poudèts imagina que le roc cedèc pas,
Al rancountra Auby se destourbèc le bras,
E le fusil, bessè per èsse pas an resto,
Se partachèc an dous è coumpletèc la festo.

Le blassat, estendut les dous brassis en croux,
Bouludabo pas res, abio perdut la bouts.
An le besen atal, les aùtris tres, de peno,
Sentiguen la susou ious refredi l'asqueno,
Piètat, diguec RAMPEU, an s'approuchan d'AUBY,
T'as fèit pla mal, paùrot, te nous bas pas mouri,
Farois un maichant tour en dichan parti l'amo,
Gaito de le lheba, la bilo te reclamo,
Apèi n'aben pas res, assi, per t'enterra,
Te prendre su l'asqueno, i poudèn pas pensa,

Se le sort bol qu'abèit s'acabe ta carrièro,
A toun ententiou faren uno prièro,
De te dicha tout soul nous crebara le cor,
Me que bos que fasquen de tu,
quand siras mort.
Saùren que passaras les nèits à
lasereno,
E pensaren à tu, qualque cop, sense peno,
Se m'entendes un chic è se gardes le sen,
Ne pourios proufita per fè toun testament,
Tout ço que me diras, t'en douni l'assurenço,
Ag aùré debrebant foro de ta presenço.
Tabes se te demoro un bri de religiou
Sè me bos creire, fè l'acte de countritiou,
Car tout le mounde sab qu'ès un famus pecaire,
Te purificaras, atal, dins le boun aire.
Sus aco n'è prou dit, se te bos pas lheba,
Dins aqueste pais t'anan abandouna,
Adiù ! he ! bos parla, toun brabe amic t'escouto.
Qu'as dit ? Bouldris soueta le bounjoun
à la bouto ?
Tio l'efan, le desir d'un mourent es sacrat,
Aqui l'as, beù un cop, fico t'en un bentrat,
Te regrètti pas res, mè l'abouides pas touto,
Ieù tabes aùrè set, dèicho m'en uno gouto,
Besi que pintes pla, belèù sira pas res,
S'as le bras destourbat, as pas le gousiè pres,
La naturo t'a fèit uno bouno decento,
Engoulheiches pas mal, biùras, n'è pas pus crento.
AUBY per rassura de fèt le coumpanhou,
Se lhebèc an poussant un jemec de doulou,
Palpèc le bras malaù è bersèc uno larmo,
An coustatant l'estat oun abio mes soun armo.

La casso s'acabèc sus aquel accdent.
An ajudant Auby, touto la nostro gent,
Fèc uno volto-faço, è marchant à la filo,
Se mettèc an deber de reganha la bilo.
L'ase frec, an passant, sourtit del tourniquet
Countent de s'en tourna fèc un boun reguinet.

Coumplèto de noubèlh, tristo, la carabano,
Dichan à l'andarrè MOURTES è sa cabano,
Les fangassis, les pics, le jespe, le jibiè,
Dintrè l'aùrelho basso è res dins le carniè.

Quemet massèc AUBY, le soinhèc
d'empourtenço,
Pendent bint jouns d'arreù, à dèx francs la seenço,
Le maiti à la nèit, al bras è à l'argent,
I proucurèc pertout un grand soulatjoment.
RANDULO, de sa part, su l'punt de la blassuro,
Le douchèc trento cops per acaba la curo,
L'armuriè remettèc le fusil en estat,
Un mes aprèts l'affé tout èro reparat.

Voilà ; Rampeu, Auby m'ac countéguen amasso,
Couci se terminèc aquelo gràndo casso.
Q uand la saison fut terminée, à la fin septembre,
AUBY avec RAMPEU regardèrent de s'entendre,
Pour s'en aller chasser sur les montagnes d'Orlu,
Au Bis ou à Mourtes, En Beys ou Engaüdu,
Ils s'entretenaient de cela, au café, l'après-midi,
En buvant le Vermouth ou l'absinthe anisée.
Il faut expliquer d'abord que RAMPEU et AUBY,
S'ils n'allaient pas toujours au café le matin,
Ils ne manquaient jamais, vous pouvez tous le croire,
Le soir, avant souper, de siroter leur bière.
Le travail qu'ils faisaient n'était pas bien gros,
Car l'un est rentier et l'autre ne fait rien.

Au beau temps, doucement, ils raisonnèrent
la chose,
Pour que, le jour venu, rien de leur
porta tort.
Pour les accompagner dans cette excursion,
Il leur fallait deux " catdèts " en collaboration,
Deux hommes pour les guider dans toute la montagne,
Qui sachent chasser et sans avoir la flemme,
Les mènent partout où les deux " tardibals ",
Pourraient tuer isards, ours ou perdreaux.
Pour être bien servis il ne fallut pas chercher
beaucoup,
Il y avait les deux BANETS, le fils et le père.
Je n'ai pas besoin ici de présenter BANET,
Tout le monde connaît qu'il est homme de sang froid,
L'esprit présent, l'oeil vif, la jambe dégourdie,
Ne refusant jamais une bonne sortie,
On se souvient dans AX qu'il trouva l'ours, un jour ;
Il ne lui restait qu'une charge de plomb,
Mais il ne réfléchit pas longtemps, d'un coup bien ajusté,
A l'ours qui le regarda d 'un air estomaqué,
De près le visant, puisque le coup fit balle,
Il envoya, sans peur, une charge mortelle.
Le fils de BANET, FIRMIN, de son prénom,
S'il n'est pas un phénix, possède quelque don ;
Il chante comme un pinson et dans une montagne,
Il peut y avoir du plaisir de l'avoir pour compagne.

Les deux hommes trouvés, il fallait le bourricot,
Pour y charger dessus le pain et le fricot,
Les cartes, le tabac, les liqueurs et la gourde,
Tout ce qu'il faut, enfin, pour quelques jours de route,
Quand on sait qu'à l'endroit qui vous attend, l'hôtel,
Est fait de la grandeur de la terre et du ciel.

TOULHAU leur prêta l'âne.
Un matin de fraîcheur,
Les quatre compagnons partirent au pas.
Les quatre ! Il y a erreur, ils étaient bien cinq, pas vrai,
Qui prenaient le chemin d'un pas bien mesuré.
RAMPEU, AUBY, BANET, son fils et l'âne,
Il me semble que cela fait cinq, s'il est permis que
je me base
Sur un nombre et non sur une qualité.
En suivant le chemin, auparavant étudié,
La cigarette aux lèvres, la bande conversait,
Marchant posément, l'âne les écoutait,
Et pour prouver derrière qu'il saisissait le fil,
Exprès, de temps en temps, il ouvrait le pot de miel ;
Oh ! il ne disait pas grand chose, un mot, à sa manière,
Et il se remettait au plus tôt " la croupièro ".
Pourtant, deux ou trois fois que la conversation,
Ne méritait pas la moindre attention,
Que de ce qu'il entendait il en avait part dessus
le dos,
Il leur laissa, devant, tomber quelques pralines,
Suivies sur l'instant d'un soupir, dont l'odeur,
Se prenait plus par le nez que dans un mouchoir.
Le fait heureusement importait pas beaucoup,
Parce que le parfum était poussé par l'air.
Mais ces façons amusaient AUBY,
Que, sans se gêner, il voulut l'imiter.

En s'amusant ainsi ORLU fut vite en vue.
Le bourricot de TOULHAU qui indiquait le chemin,
N'allait pas plus loin ; Voyant qu'il faisait jour
Aux bourricots d'ORLU il voulut dire bonjour.
Il ne pouvait pas repartir vers chez lui, que diable !
Sans dire quelque chose à ceux qui étaient à l'étable.
Pour bien leur faire entendre un salut matinal,
Il se mit à bramer comme s'il était perdu.
Trois chasseurs sur quatre eurent la colère,
Il n'y avait qu'AUBY qui faisait le pendard
Eh ! disait BANET : cet âne devient fou,
Son fils aussi : qu'il se coupe le cou,

Et RAPEU ajoutait : il ameutera tout.
En effet, un moment après, d'un peu partout
Montait dans le ciel, sortant de chaque porte,
Un refrain adressé d'une voix un peu forte.
ORLU, ce matin là, se trouva réveillé,
Par un réveil qu'un âne avait bien remonté.

Les chasseurs ici, donc, devaient changer l'âne.
Ils croyaient en louer un bon marché, mais diantre,
Ils rodèrent tout ORLU et ne trouvèrent rien.
Ils voulaient donner cinq francs, et cela seulement,
jusqu'à MOURTES.
Ceux qui pouvaient louer, ne se bousculaient
pas beaucoup,
Pour un si petit prix de céder le porteur,
Enfin comme il fallait tout de même en finir,
Ils louèrent pour huit francs l'âne de NAUDY.
Quand ils l'eurent chargé de tout leur équipement,
Hommes et bourricot quittèrent le village.
Le temps était superbe, un soleil d'automne,
Dorait le pays de toute sa couleur.

Le coeur tout réjoui, en parlant politique,
Le chemin se faisait dans un jour poétique,
Jour qui pour les compagnons permettait d'espérer,
Une jolie nuit et un bon lendemain.
Ils ne se pressaient pas trop, au dessus des FORGES
La chaleur leur faisait démanger la gorge,
Par peur pour leur gosier, l'affaire fut décidée,
Qu'ils n'iraient pas plus loin avant d'avoir dîné.
A côté d'une source, sous un petit ombrage,
De prendre un bon repas ils eurent le courage,
Après, fumant la pipe en bonne position,
Ils s'accordèrent un temps pour faire la digestion.

Le corps bien reposé et la panse garnie,
Ils reprirent le chemin en louant la vie,
Ils passèrent l'un derrière l'autre au pont
de JUSTINIEN
RAMPEU voulut parler de ce grand troyen.
Les autres, d'un tel nom, n'avaient pas connaissance,
Et n'écoutèrent pas du tout la conférence,
RAMPEU tout au sujet et ne se méfiant pas,
Mit du même coup les pieds dans un bourbier,
Il fit peur, en s'enfonçant dans la boue, à deux ou trois grenouilles,
Quand il se retira de là il en avait plein les
deux bottes,
Il lui fallût un moment pour se frotter les pieds,
De bas il changea mais pas de souliers,
Aussi, à chaque pas, il trouvait la fraîcheur,
AUBY, tout bonnement, riait de l'aventure.
Le Cirque d'ENGAUDü trésor d'admiration,
Retint en passant toute leur attention,
Mais régulièrement le soleil s'abaissait,
Toujours un peu plus haut la bande cheminait,
Et sans qu'il arrive autre chose de grave,
Les quatre hommes et l'âne atteignirent MOURTES.

C'était l'endroit choisi comme centre de chasse.
Il fallait, premièrement, organiser la place,
Comme plus grand besoin, ramasser
quelques bouts de bois,
Pour pouvoir, dans la nuit, entretenir le feu.
Ils mirent les paquets, les fusils et les vivres,
Dans un coin de cabane, un paradis des puces,
Ils arrangèrent le gîte et le père BANET,
Attacha, un peu long, l'âne autour d'un piquet.
Quand tout fût mené, en parfait état,
Pour ne pas l'oublier, ils prirent de la nourriture.
A la fin du repas, de sa voix de pinson,
Le fils de BANET chanta quelques chansons.
Mais la nuit avait pris possession de la terre.
Il était l'heure d'aller fermer la paupière,
Dans la vieille cabane, asile des vachers,
Où RAMPEU avait mis à sécher les souliers,
Les quatre compagnons, l'âme sans inquiétude,
Dormirent dans la paix de la grande altitude.

Le lendemain matin, après un bon sommeil,
Chacun se réveilla sans aucun réveil ;
Une déception, dehors les guettait,
Dans un léger brouillard MOURTES s'enveloppait,
Allez, dit BANET, l'affaire est entendue,
Nous ne chasserons pas d'isards mais tout n'est pas
perdu,
Nous verrons les perdreaux, nous leur mettrons la rouste,
Auparavant, si voulez, nous allons casser la croûte .
Un peu de saucisson, de pain, et un coup de vin,
Ainsi commença le deuxième matin.

Trois quarts d'heure après, d'une allure prudente,
Malgré le temps brumeux, la troupe confiante,
Contre les perdreaux, sans aucune pitié,
Marchait crânement en ordre dispersé.
Mais chez les perdreau quelque chose se passait,
Ni en blanc, ni en gris, pas un ne se montrait.
Les quatre compagnons cherchèrent tout le jour,
Ils rodèrent la montagne en travers et en long,
Ils ne firent rien lever et pour comble, la pluie,
Se mit à tomber vers les trois heures et demi.
Elle tombait sans regret, aussi les quatre fusilleurs
Largement arrosés de la tête jusqu'aux pieds
Sans avoir vu voler la plus petite plume,
Regagnèrent MOURTES dans la pluie et la brume.
Attaché au piquet et mangeant au tour,
L'âne , tranquillement, assista au retour.
Trempés de partout, tirant un peu la jambe,
Ils allumèrent le feu et proche de la flamme,
En faisant la toupie, en tournant, retournant,
En travers, de côté, par derrière, par devant,
Ils séchèrent les effets.
La nuit était venue,
Après avoir soupé, pris de lassitude,
En espérant quand même un meilleur lendemain,
Sur l'aile du sommeil ils se laissèrent porter.

Le troisième matin, le soleil couronnait
Chaque cime de pic, sur tous il triomphait,
Roi sûr de son pouvoir, il prenait possession
Du monde qu'il éclairait ; A son apparition
La joie qui partout, avec lui prenait naissance,
Au coeur des compagnons fit grandir l'espérance,
Et dans l'entame d'un jour de belle allure,
Sitôt le déjeuner la chasse reprit.

Même point de départ, même ordre que la veille,
Même direction et volonté nouvelle.
Le gibier, malgré cela, n'était pas plus nombreux,
Et le temps fuyait, quand un bruit de froufrous,
Le léger battement d'une aile qui fend l'air,
Sur place, en position, figea chaque chasseur.
Un vol de perdreaux, qui l'aurait pensé,
Devant les fusilleurs enfin s'était levé.
Pan pan, pan pan, pan pan, à charge répétée,
Les quatre canardeurs tirèrent à portée.
Ils devaient avoir chargé le fusil de plomb tordu,
Il n'y pas un oiseau de blessé ou de mort.
La plume plus loin tous les emportait.
Pourtant, en même temps, un drame se passait,
AUBY, excité pour ajuster le vol,
Mal assuré, en tirant, s'allongea de tout son long
par terre,
En tombant, de la main qui tenait l'escopette
Il tapa sur une grosse pierre comme avec une massette.
Vous pouvez imaginer que le caillou ne céda pas,
A sa rencontre AUBY se démit le bras,
Et le fusil, peut être pour ne pas être en reste,
Se partagea en deux et compléta la fête.

Le blessé, étendu les deux bras en croix,
Ne bougeait plus, il avait perdu la voix.
En le voyant ainsi, les autres trois, de peine,
Sentirent la sueur leur refroidir le dos,
Pitié, dît RAMPEU, en s'approchant d'AUBRY,
Tu t'es fait bien mal, pauvre, tu ne vas pas mourir,
Tu ferais un méchant tour en laissant partir l'âme,
Essaye de te lever, la ville te réclame,
Et puis nous n'avons rien, ici, pour t'enterrer,
Te prendre sur le dos, nous ne pouvons pas y penser,

Si le hasard veut d'aujourd'hui s'achève ta carrière,
A ton intention nous ferons uns prière,
Te laisser tout seul nous crèvera le coeur,
Mais que veux tu que l'on fasse de toi,
quand tu seras mort.
Nous saurons que tu passeras les nuits à la belle étoile,
Et nous penserons à toi, quelques fois, sans mal,
Si tu m'entends un peu et tu gardes la connaissance,
Tu pourrais en profiter pour faire ton testament,
Tout ce que tu diras, je t'en donne l'assurance,
Je l'aurai oublié en dehors de ta présence.
Aussi s'il te reste un brin de religion
Si tu veux me croire, dis l'acte de contrition,
Car tout le monde sait que tu es un fameux pêcheur,
Tu te purifieras, ainsi, dans le bon air.
Sur cela j'en ai assez dit, si tu ne veux pas te lever,
Dans ce pays nous allons t'abandonner,
Adieu ! hé ! tu veux parler, ton brave ami t'écoute.
Qu'as tu dit ? Tu voudrais souhaiter le bonjour
à la gourde ?
Oui l'enfant, le désir d'un mourant est sacré,
Tu l'as là, bois un coup, mets t'en une ventrée,
Je ne te regrette rien, mais ne la vide pas toute,
Moi aussi j'aurai soif, laisses m'en une goutte,
Je vois que tu bois bien, peut être ce ne sera rien,
Si tu as le bras démis, tu n'as pas le dossier pris,
La nature t'a fait une bonne descente,
Tu avales pas mal, tu vivras, je n'ai plus de crainte.
AUBY pour rassurer en fait le compagnon,
Se leva en poussant une plainte de douleur,
Il tâta le bras malade et versa une larme,
En constatant l'état dans lequel il avait mis son arme.

La chasse s'acheva sur cet accident.
En aidant AUBRY, tous nos gens,
Firent volte-face, et marchant en file,
Se mirent au devoir de regagner la ville.
L'âne fût, en passant, sorti du tourniquet

Content de repartir il fit une bonne petite ruade.
A nouveau complète, triste, la caravane,
Laissant derrière MOURTES et sa cabane,
Les bourbiers, les pics, le gazon glissant, le gibier,
Rentra l'oreille basse et rien dans la gibecière.

Quemet massa Auby, le soigna
très bien,
Pendant vingt jours de suite, à dix francs la séance,
Le matin et le soir, au bras et à l'argent,
Il lui procura partout un grand soulagement.
RANDULO, de son côté, sur le point de la blessure,
Le doucha trente fois pour terminer la cure,
L'armurier remit le fusil en état,
Un mois après l'affaire tout était réparé.

Voilà ; Rampeu, Auby me la racontèrent ensemble,
Comment se termina cette grande chasse.


Marc et son izard




206845 visites
contact . infos pratiques . plan du site . météo . newsLetter . liens . remerciements

Tous droits réservés © Laurent Rameil