ven 23 juin 2017
Contes et histoires - Bourthoumiu dé Sourjat à Toulouso

Sous le pseudonyme de Janounet de Fouix, un spirituel auteur qui a voulu garder l'anonymat, nous raconte le voyage et les aventures de Bourthomiu de Sourgeat à Toulouso. Notre voyageur a voulu voir rapidement la grande ville et faire trop de choses en peu de temps ; aussi, le récit de ses déboires est surchargé, quoique plein d'humour.

Son chroniqueur s'est souvenu de Las Neils dé Toulouso, conte qui fut couronné en 1886 au concours de la Société Ariégeoise, publiée deux ans auparavant (1884) dans le Bulletin de cette Société, et reproduit dans l'Almanach patouès dé l'Ariéjo de 1891.
En voici le thème : un pauvre montagnard du nom de Laurent, originaire des Bazerques, hameau de la commune d'Ax, arrive à pied et inopinément à Toulouse, exténué de fatigue. Tout est nouveau pour lui qui ne croyait pas l'étendue de la terre aussi grande. Il se croît dans un autre monde et perd la notion des choses et du temps. De là, des méprises, des aventures plaisantes. En parcourant Toulouse, il tombe par hasard chez son frère Guillaumet qui, après avoir épousé la fille de son patron, possédait une douce aisance, et tenait un café sur l'un des côtés de la place du Capitole. La femme de ce dernier trouve son beau-frère grossier, compromettant pour sa clientèle et comme on n'ose le mettre poliment à la porte, on a recours à des supercheries qui le dégouteront vite de la grande ville. On le laisse enfermer pendant 36 heures consécutives dans une chambre obscure en lui recommandant de ne pas sortir jusqu'à ce qu'on vienne frapper à sa porte. Son frère vint enfin le délivrer, mais dès que notre paysan fut mis en liberté, il n'eut que le désir de regagner au plus vite son village et de partir le soir même, sans se douter du piège tendu à sa naïveté. Mille petits faits de la vie rurale se révèlent dans le cours de ce récit qui est rajeuni par le charme de la forme : à chaque localité importante qu'il traverse, Laurent demande si les nuits sont aussi longues qu'à Toulouse. Sur la réponse affirmative, il continue sa route et ne s'arrête qu'à 2 heures du matin à Saverdun, fourbu, dans une auberge où on l'assure que la nuit sera vite passée et qu'il sera jour dans 2 ou 3 heures de temps. Il finit par arriver aux Bazerques en se rappelant le vieux proverbe patois :
Petit miu qué tant balés,
Balés mès qué non parés.
Le conte est bien écrit, avec une tournure poétique de la phrase ; on y remarque surtout de l'entrain et de la gaieté avec un réalisme de détails qui intéresseront le lecteur. Le style est facile et pittoresque ; un dialogue vi empêche l'action de languir ; le fond est rajeuni par le piquant des détails, avec une versification facile.
Nous sommes heureux de reproduire in extenso ce conte, en vers patois de la vallée de l'Ariège, qui a obtenu une médaille d'argent au concours de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, en 1890-1891 et a été imprimé à Foix, chez Gadrat, en 1891, brochure in-8° de 10 pages. Nous avons tenu à conserver son orthographe primitive, tout en corrigeant quelques fautes typographiques. Nous l'avons également traduit, mais faute de grandes connaissances lyriques, la traduction n'est pas en rimes. Cependant, certains mots n'ont pas été traduits car nous n'avons pas trouvé, soit le sens, soit le mot français exprimant les mêmes nuances. Si vous avez des idées, elles seront les bienvenues. Vous pouvez également nous faire part de vos remarques sur la traduction.




Lé trounaïré del cel mé moustirio pus lén ;
M' escourjarion cent lops dé la ma del bourrèu,
Abant qué tourné mès à la bilo perfido
Ount an manquant bint cops à mé tira la bido !
- Pauré éfant dé Sourjat !... Tu...
pauré Bourthoumiu,
Es estat trop hurous dé poudé tourna bin !...
An dé beïré, l'miu mestré, anguéri à Toulouse :
Ero al fort de l'hiber. Pla bestit d'uno blouso
Touto nobo ; et dijous, d'un tricot, d'un gilet,
M'en bau prendré lé tren amb' un pitchou
desquet
Pla sarrat dijou 'l' bras. Mais, cal diré d'abort
Qué m'en anguéri pas abant dé sanna
l'porc.
Un lounguet pla lébat, quatré pans dé salcisso
Dins un lingé pla blanc aco ero estroupat,
Et, per garni l' panier, lé miu nébout, Janisso
Pourtec un bel lébrant qu'al jas abio tuat.
- Ja, mé penséri jou, Moussu sira countent
Dé té beïre béni d'amb'un ta bel présent ! -
Quand arribéri dounc, lé joun puntonébajo :
Fasio fret, ero escur, lé canal
blanquéjabo.
Partit à mièjo neit, arribat ta mayti
Sens abé manja rés, mé poudio pas téni.
Mé bouti l'capel noou per dessus la bouneto
Et bau, d'un pas laujè, carrièro Lafayetto :
- Ches l'mestré, coumo cal té pouïras
affarta,
Penséri - coumo co, l'argent t'estalbiara...
A grandis cops de broc, truqui countro la porto :
Mais digu nou respound, la maïsou semblo morto.
Cridi, tourni truqua, lé gous mé respoundec
Mais la sirbento nou, ja nou sé despertec.
Pendent tout aquel tens lé souleil sé lébado,
L'estoumac mé prusio, la talent
m'escanabo.
Fasquéri un tour, dus tours ; fatigat d'y tourna,
A l'auberjo su'l'cop anguéri déjuna.
Tout arrécantounat, les pes sus un ander,
Rouségabi uno car pus duro qué dé quer ;
Tablé, del couen dé l'eil, al miey dé la cousino
Gaytabi un homé grand, dé pla machanto
mino
Qué légissio un librot per amusa las gens :
Rision des mountagnols, Guilllaumet et Laurens ?
- Insulta l' miu païs ! - penséri - en ma
présenso !
Aco's un pauc trop fort, n'en bau tira bengenso ! -
- " Allons ! ça n'est pas brai, c'est un
maubais plaisant,
" Diguéri - qui a boulgu sé trufer du païsant !...
" Je connais tous les gens que dans ce libre
on nomme...
" Laurens est mon ami, Guillaumet un brabé
homme !... "
- " Caillo-te ! cacarot ! pastré de la mountagno !
- Ta diguec un farnous - respetto
la coumpagno !..."
- " Bous eu abes menti ! Bous êtes des
couquins !... "
Moun Diu ! qu'abéri dit !... Coumo
gousses courrens
Sé lanson cap à jou, mé sauton sur l'esqueno :
Lé patron prén un pal, sa fenno, uno padeno,
Truquon qué truquaras, et, lé gous atisat
Sé m'agaffo a's poumpils, lé pel tout érissat !...
- " Allons ! feignant ! bouleur ! - ça
diguec l'aubergiste -
" Pague-moi ton dîner, et fous le camp et
biste !... "
Mé préni lé panier et m'en bau tout maquat,
Estabousit, furious d'estré ta mal ménat !...
Arribi al cap d'un pauc à l'oustal del
miu mestré.
- Aro, -penséri jou, - Moussu sira lébat.
Lé couratgé mé ben ; bési tout alandat.
Truqui, la bono ben per beïré qui
pot estré :
- " Jésus ! es Bourthoumiu !... Dibets estré
tourrat !...
" Dintrats, bous calfarets ;coussi ban
à Sorjat ? "
- " Toutis sé porton pla ;pr'assi tabé Jeannetto ?
" Et Moussu s'es lébat ? " - " Aro, fa
sa toiletto.
" Mountats, lé troubarets et sira pla countent
" Sé bénets y pourta qualqué paucot d'argent. "
- " Bous souhèti pla l'bounjoun, Moussu, ambé la coumpagno.
" A la bordo tout ba. Del cim de la mountagno
" Bous porti un bel lébrant, un superbé lounguet
" Qu'ey lébat jer del porc, - en parlan per
respect.- "
- " C'est fort bien, mon ami, - ça mé diguec
Moussu, -
" Tant que tu pourteras, tu siras bien reçu. "
Moussu dreb lé panier, jou lé ténio per l'anso
El t'y fougno la ma, mais su'l' moument sé lanso
Lé lébrant pla bibent, et, prount coumo un dalfi
T'y passo dijou's pots, sauto sus un couissi.
- " Qu'es aco ! - ça diguec, l'aïré tout
courroussat, -
" Tu t'es mouqué dé moi, ce lébrant es un chat ! "
- " Mal foc del cel'Moussu, bous démandi
pla excuso !
" Janisso, il l'a tuyé per l'bose de Portocluso.
" C'était un bel lébrant... Sacré couqui dé sort !
" J'ai bien cru bonnement, bous l'aboir
pourté mort !...
" Es égal, nous l'aurons...et, dé pur
qu'il ne sorte,
" Ta de prumier je bais lui pla tamper la porte..."
Moussu j'abio rasou ; n'ero un gat
des pus bels :
Lansabo unis renegs et fitsabo
unis els !...
T'attrapi lé bastou, m'abanci, el sé réculo,
Mé passo per dessus ba coupa la pandulo !...
Sauto dé tout coustat, espeilloto 's ridéus,
Remberso tout al sol, les bases, las tabléus !...
Aro picho sus l' lieit, aro sus
la cadièro ?...
- Tu mouriras, couquin !... - disi pleu dé coulèro !...
Moussu semblabo foilh dé beïré tout brisat !
Al brut qué fasion naut, mounto
la cousinièro,
An dé nous ajuda, t'apporto la granièro...
Pati dé ça, dé là... per cammassa lé gat ?...
La lampo del plafoun mé toumbo sus la nuquo,
L'oli rajo pertout... lé béiré
s 'aménuco...
Amb' un sabré toursut, Moussu cerco al pouncha,
Mais lé gatas rusat, jà sé sap escarta...
Las urpos al dabant, sus l'miu mestré té sauto
Et m'y emporto en passant la maitat dé la gauto !...
Enfin, d'un cop dé broc, l'estiréri cop sec
Et lé coumbat, atal, à forso finisquec.
Aquel boulégadis m'esclarisquec la bisto,
Coumprenguéri su' l' cop lé tour dé l'aubergisto :
En plasso del lébrant, m'abio boutat lé gat
Et del lounguet del porc, un esclop pétassat !
- " Moussu, sans mes tarda m'en bau à la
poulisso !
" Serbirets dé témouen... Aniren en
justisso !... "
Ca diguéri à Moussu. Mais el, tout graupignat :
- " Ba te coucher, - ça dits - rebiens à ta
mountagne !
" Sors !... Je t'étranglerais !... La colère me gagne !
" Tu t'es mouqué de moi !... " - " Moussu, n'est pas bertat ! "
- " Taise-toi ! polisson ! et passe-loi la porte !...
" Tu me le payeras !... Que le diable t'emporte !... "
Coumo un gous qué s'en fuch, per
l'mestré abarrounat,
Descendi l'escalié, men bau cap acatchat...
Aquel affé m'abio pla sougatit la billo !
Et, per mè diberti, fasquéri un tour en bilo.
Béséri lé Musé, Sant-Sarni, lé Grand-Round,
Un largé pijounier qu'appelon un dounjoun
Darré lé Capitolo, al miey d'un bel jardi
Ount dé peïches daurats nadon dins un bassi.
Dins un autre ort pla grand, béséri
un floc dé bestios :
Mandros, crabos, ourses, porcs marins et belettos ;
Dins uno gabio en fer, esparbiès et coubassés
Fasion carré d'infer, atisats per's maynatchés !
Dins un pesquié t'y abio touto qualitat d'auco.
Enfin, ço qué troubéri encaro dé pus bel
Ero un gros animal, salsat dins uno nauco,
Lnsent et moustachut, lé cap coumo
un bédel...
Les els, dé tant gayta, mé fasion
bimbarolos.
Eron roujès, uflats coumo d'aquelos bolos
Qué jogon al billart. Praco, s'abio
gausat,
A l'oustal dé Moussu ja sirio pla tournat :
Eri las dé rouda pendent uno journado
Carriéros et boulbars, plassos et proménado,
Les pes entéménats pr'aquel machant pabat !...
Foc del Cel ! qu'un pabat et qu'uno peyro duro !
Las solos des mius pes, sus les rocs sé Sourjat
Jamais n'abion abut pareille maquaduro !...
Soupéri al restaurant, m'en fasquéri un escut :
Ero car, mais tabé, fousquéri répéichut.
Aprets, eri countent et lé cap mé roudabo.
Tout, à l'entour dé jou, tout randoulinejabo.
- Foc del Cel ! Bourthoumiu ! - penséri - ten-té dret !...
Aquel diablé dé bi t'a patat sus l'toupet !...
T'en cal ana en d'acon per passa la beillado :
M'en bau ches l'Garrélou, beïré uno couyounado...
Rencontri per l'cami un goujat mal caussat,
Tout sallé, espeilloutat et lé capel crébat.
M'arresto, ça mé dits : - " Mé bos croumpa
tabat ?
" Ey pla bésount d'argent, t'el deïchi boun marquat,
" Dus sos aquel paquet. " - Palpi la marchandiso ;
An dé l'poudé tasta m'en prenguéri uno priso.
Bous asséguri pla qu'el tabat ero bou ;
Mais !... al miey del paquet abion boutat
carbou !...
M'en abiséri pas !... Prisi, tourni prisa.
Ambé l'frét qué fasio, lé nas mé goutéjabo,
Lé carbou pla ménut a's pots se m'arrapabo,
Et, d'ambé l'moucadou, à forso dé fretta,
Sus l'bisatgé, pertout, m'en éri impiternat !...
Dintri ches l'Garrélou atal tout mascarat.
Bous poudets pla pensa qu'unis bouffets dé riré
Jisquéren alabets... Bous ac podi pas diré...
Cadun à soun bési mé mountrabo del dit
Coumo sé éri estat un hourriblé bandit !
Et toutis s'en rision dé beïré ma figuro
Pleno d'aquel carbou, tant négro, tant escuro !...
Les musiciens tabé, per mé poudé gayta
Sé biron cap à jou, s'arreston dé jouga...
L'un manquo à s'escana d'ambé sa clarinetto,
L'autré, en bufan trop fort sé crèbo la troumpetto,
Et lé chef, en boulen riré à plen gargailhol
Toumbo dé soun ennart, manquo à sé coupa l'coilh !...
L'un mé crido d'abant : " Es un négré d'Africo ! "
Darré, l'autré respound : " Un singé
d'Américo ! "
Un droullas costo jou m'appelo mountagnol,
T'y lanci un cop dé pung, lé rabatti
per l'sol !
Un baurien, ambé l'pé, m'enfunso uno coustèlo !
D'un cop del miu bastou t'y coupi la maychèlo !...
Bint mé toumboun dessus : podi brama
al sécours,
Elis cridon pus fort : " Y cal esclaffa
l'mour !..."
... Maquat, brisat, roumput...,
la fardo espeilloutado,
Cerquéri à m'escapa per la porto
alandado ;
Toutis cridon darré..., per coumblé dé malur !...
- " Arrestats-lé !... " - Sus l'cop soun près
coumo un boulur !...
Démandi à m'expliqua dabant lè coumissari :
Qué soun pas ni filou, ni réboulutiunari,
Qué m'an raubat, batut : qué m'an pensat ufla,
Et qué soun de Sourjat, ount m'en boli tourna...
M'arrousségon ches el. - Mé démando moun atgé,
Moun noum et moun païs...- " Quant à bostré
mestié,
" En bésen souloment, - ça dits, - bostré bisatgé,
" Ey coumprengut su'l'cop, qu'érots un
carbounié."
T'y racounti alabets, toutos mas abanturos,
El les bols, et les trucs et tabé las injuros.
Les membrés dégouillats et tout estabousit.
M'an dichat mitat nut et dé frét tout transit !...
- " On m'a boulé, - je dis - une mostre de cuibre,
" La sébo dé pépi ! pésant plus d'une
libre !
" Béritable trésor, et qu'il marchait si bien
" Qué Jeanot lé bédeau, qui, près de chez moi loge,
" Bénait me l'emprounter pour régler son réloge...
" Ces couquins m'ont tout pris !... Ils ne
m'ont laissé rien !... "
- El respoundec : - " C'est bon, bous êtes
sans culotte,
" On ba, pour le moment bous mettre une capotte.
" Je m'en bais, il est tard... il ba-t-être ménuit...
" Au poste, maintenant, bous passerez la nuit. "
M'embarrèren sus l'cop dins uno sallo basso :
Per m'escura mé baillon un pitchou banélou,
Uno plancho per l' lieit ambé dus dits dé crasso !...
- Ah !... m'as coustat pla car !... brigand
dé Garrélou !...
Pendent touto la neit, pudents et tataraignos
Toumbadon del plafoun, mé passabon sus's pots ;
Les grïoules dins un couen fasion rouda
castagnos
Et pertout sus l' planché, cimets et babarots...
Poudio pas cluca 's els ; las ancos
mé pétabon !
- Moun Diou ! - pensabi jou - quand douncos
sira joun
Et t'en pouiras ana ! - Mais proché dé mietjoun,
Drubion lé pourtanel, sus l' cop
mé délargabon.
L'escur d'aquel catchot m'abio tout embahit,...
En bésen lé souleil, fousquéri réjouit !...
Coumo un mul descapat, sans brido ni cabestré
M'en bau as quatré pés à l'oustal del
miu mestré.
Les drolles darré jou, pauc à pauc s'amassabon,
Tout en m'escridassan, dé trouchés
m'acampabon !...
Quand mé bets arriba, Moussu rufo
la cilho...
- " Té crésio pla - ça dits - tournat dins ta famillo...
" D'ount bénès coumo co ? qué t'an dit !
qué t'an feit ?...
- " Man boutat al catchot ! ount ey passat la neit !
" Qu'ey pla patit ! Moussu ; qu'ey trimat
la galèro !... "
T'y counti moun malur... Eri tant
piétadous
Qué moussu fec touquat dé beïré ma misèro
Et m'habillec de noou, del capel a's guetous...
Atal arrémountat, tourni dins ma coumuno ;
Toutis, crésion per l'cop, qu'agessi feit
fourtuno !...
Jamais pus, pr'aqui bail, me panaran
d'argen !
Et m'y beïran pas pus serbi d'amusomen !...
Le tonnerre du ciel me " moustirio " plutôt ;
" M'escourjarion " cent coups de la main du bourreau,
Avant que je revienne à la ville perfide
Où ils ont manqué vingt fois m'enlever la vie !
- Pauvre enfant de Sorgeat !... Toi .... pauvre
Bourthoumiu
Tu as été trop heureux de revenir vivant !....
Afin de voir mon maître je partis à Toulouse :
C'était au fort de l'hiver. Bien habillé d'une blouse
Toute neuve ; et dessous, d'un tricot, d'un gilet,
Je pars prendre le train avec un petit
panier
Bien serré sous le bras. Mais, il faut dire d'abord
Que je ne suis pas parti avant d'avoir saigné
le cochon.
Un filet bien coupé, quatre empans de saucisse
Dans un linge bien blanc cela était rassemblé,
Et, pour garnir le panier, mon neveu, Janisso
Porta un beau lièvre que dans son gîte il avait tué.
- Bien, pensais-je, Monsieur sera content
De te voir venir avec un tel présent ! -
Quand j'arrivais donc, le jour commençait à poindre
Il faisait froid, c'était sombre, le canal avait des
reflets blancs.
Parti à minuit, arrivé le matin
Sans avoir rien mangé, je ne pouvais plus me tenir.
Je me mets le chapeau neuf par dessus le bonnet
Et pars, d'un pas léger, rue Lafayette :
- Chez le maître, comme il faut tu pourras te remplir
la panse,
Pensais-je, ainsi l'argent tu économiseras .....
A grands coups de bâton, je tape contre la porte :
Mais personne ne répond, la maison semble morte.
Je cris, je tape à nouveau, le chien me répondit
Mais la servante non, elle ne se réveilla pas va.
Pendant tout ce temps le soleil se levait,
L'estomac me démangeait, la faim me tenaillait à
m'étrangler.
Je fis un tour, deux tours ; fatigué d'y revenir,
A l'auberge sur le coup je partis déjeuner.
Tout recroquevillé, les pieds sur un " ander ",
Je rongeais une viande plus dure que du cuir ;
Egalement, du coin de l'oeil, au milieu de la cuisine
Je regardais un homme grand, d'une bien méchante
mine
Qui lisait un petit livre pour amuser les gens :
Ils riaient des montagnards, Guillaumet et Laurens ?
- Il insulte mon pays ! - pensais-je - en ma
présence !
C'est un peu trop fort, je vais en tirer vengeance ! -
- " Allons ! ça n'est pas vrai, c'est un
mauvais plaisant,
Dis-je - qui a voulu se moquer du paysan !...
" Je connais tous les gens que dans ce livre
on nomme....
" Laurens est mon ami, Guillaumet un brave
homme !..."
- " Tais-toi ! petit coq ! berger de la montagne !
- Dit un " farnous " - respecte
la compagnie !...."
- " Vous vous avez menti ! Vous vous êtes des
coquins !... "
- Mon dieu ! qu'avais-je dit !.... Comme des
chiens courants
Ils se lancent vers moi, me sautent sur le dos :
Le patron prend un gros bâton, sa femme, une poêle,
Ils tapent que tu taperas, et, le chien excité
Se m'attrape aux " poumpils " le poil tout hérissé !...
- " Allons ! feignant ! voleur ! -
dit l'aubergiste -
" Paye moi ton dîner, et fous le camp
et vite !... "
Je prends le panier et m'en vais tout endolori,
Etourdi, furieux d'être tellement malmené !...
J'arrive au bout d'un petit moment à la maison de
mon maître.
- Maintenant, - pensais-je, - Monsieur sera levé.
Le courage me vient; je vois tout grand ouvert.
Je frappe, la bonne vient pour voir qui cela
peut être :
- " Jésus ! c'est Bourthoumiu !... Vous devez être
gelé !...
" Entrez, vous vous chaufferez ; comment vont-ils
à Sorgeat ? "
-" Tous se portent bien ; par ici aussi Jeannetto ?
" Et Monsieur s'est levé ? " - " Maintenant, il fait
sa toilette.
" Montez, vous le trouverez il sera bien content
Si vous venez lui porter quelque peu d'argent. "
- " Je vous souhaite bien le bonjour, Monsieur, avec la compagnie,
" A la métairie tout va. Du haut de la montagne
" Je vous porte un beau lièvre, un superbe filet
"Que j'ai retiré hier du cochon, - en parlant par
respect , -"
-" C'est fort bien, mon ami, - me dit
Monsieur, -
" Tant que tu porteras, tu seras bien reçu. "
Monsieur ouvre le panier, moi je le tenais par l'anse ;
Et il t'y fourre la main, mais immédiatement bondit
Le lièvre bien vivant, et, prompt comme un éclair
Il te lui passe sous le nez, saute sur un coussin.
- " Qu'est-ce que c'est ! dit-il l'air tout
courroucé, -
" Tu t'es moqué de moi, ce lièvre est un chat ! "
- " Feu du ciel Monsieur, je vous demande
bien pardon !
" Janisso, l'a tué dans le bois de Portocluso
C'était un beau lièvre... sacré coquin de sort !
" J'ai bien cru bonnement, vous l'avoir
porté mort !...
" C'est pareil, nous l'aurons... et, de peur
qu'il ne sorte,
" En premier je vais bien lui bien fermer la porte... "
Monsieur avait bien raison ; ce n'était qu'un chat
des plus beaux :
Il lançait de ces miaulements et faisait de
ces yeux !...
Je t'attrape le bâton, m'avance, lui recule,
Il me passe par dessus et va casser la pendule !...
Il saute de tous les côtés, déchire les rideaux,
Renverse tout sur le sol, les vases, les tableaux !...
Maintenant il pisse sur le lit , maintenant sur
la chaise ?...,
- Tu mourriras, coquin !... - dis-je plein de colère !...
Monsieur paraissait fou de voir tout brisé !
Au bruit que nous faisions en haut, monte
la cuisinière,
Afin de nous aider, elle amène le balais...
" Pati " ça et là .... pour assommer le chat ?...
La lampe du plafond me tombe sur la nuque,
L'huile gicle partout... le verre se brise
en petits morceaux....
Avec un sabre tordu, Monsieur cherche à le piquer,
Mais je chat rusé, sait s'écarter va...
Les griffes en avant, sur mon maître il te saute
Et me lui emporte en passant la moitié de la joue !...
Enfin, d'un coup de bâton, je l'étendais sur le coup
Et le combat, ainsi, à force s'acheva.
Ce remue ménage m'éclara la vue,
Je compris sur le coup le tour de l'aubergiste :
A la place du lièvre, il m'avait mis le chat
Et du filet de porc, un sabot rapiécé !
- " Monsieur, sans plus tarder je m'en vais à la
police !
" Vous servirez de témoin .... Nous irons en
justice !... "
Je dis cela à Monsieur. Mais lui, tout " graupignat " :
- " Vas te coucher, - dit-il - reviens à ta
montagne !
" Sors !... je t'étranglerais !... La colère me gagne !
" Tu t'es moqué de moi !... " - " Monsieur, ce n'est pas vrai ! "
- " Tais-toi ! polisson ! et passe-moi la porte !..."
" Tu me le payeras !... Que le diable t'emporte !..."
Comme un chien qui s'enfuit, par son
maître tabassé
Je descends l'escalier, je pars la tête baissée ...
Cette affaire m'avait bien secoué la bille !
Et, pour me distraire, je fis un tour en ville.
Je vis le musée, Saint-Sernin, le Grand Rond,
Un large pigeonnier qu'ils appellent un donjon
Derrière le Capitole, au milieu d'un beau jardin
Dans lequel des poisson dorés nagent dans un bassin.
Dans un autre jardin bien grand, je vis
un grand nombre de bêtes :
Renards, chèvres, ours, porcs marins et belettes ;
Dans une cage en fer, éperviers et corbeaux
Faisait " carré " d'enfer, excités par les enfants !
Dans un " pesquié " il y avait toutes qualités d'oies.
Enfin, ce que je trouvais de plus beau
C'était un gros animal, trempé dans un " nauco "
Luisant et moustachu, la tête comme celle
d'un veau...
Les yeux, à force de regarder, me faisaient
" bimbarolos ",
Ils étaient rouges, gonflés comme ces boules
Avec lesquelles ils jouent au billard. Au fait,
si j'avais osé,
A la maison de Monsieur je serais bien retourné :
J'étais las de roder pendant une journée
Rues et boulevards, places et promenade,
Les pieds entamés par ce mauvais pavé !...
Feu du ciel ! quel pavé et quelle pierre dure !
Les plantes de mes pieds, sur les cailloux de Sorgeat
Jamais n'avaient été aussi meurtris !...
Je soupais au restaurant, je m'en fis un écu ;
C'était cher, mais aussi, je fus repus.
Après, j'étais content et la tête me tournait,
Tout, au tour de moi, tout tournoyait.
- Feu du ciel ! Bourthoumiu ! - pensais-je - tiens toi droit !...
Ce diable de vin t'a tapé sur le crâne
Il te faut aller quelque part pour passer la veillée /
Je vais chez le Garrelou voir une bêtise ...
Je rencontre en chemin un garçon mal chaussé,
Tout sale, dépenaillé et le chapeau troué.
Il m'arrête et me dit : - " Tu veux m'acheter
du tabac ?
" J'ai bien besoin d'argent, je te le laisse bon marché,
" Deux sous ce paquet. " - Je tâte la marchandise ;
Pour pouvoir le goûter j'en pris une prise.
Je vous assure bien que le tabac était bon ;
Mais !... au milieu du paquet ils avaient mis du
charbon !...
Je ne m'en aperçus pas !... Je prise, je prise encore,
Avec le froid qu'il faisait, le nez me gouttait,
Le charbon très fin aux lèvres se m'attrapait,
Et, avec le mouchoir, à force de frotter,
Sur le visage, partout, je m'en étais barbouillé !..."
J'entre chez le Garrelou ainsi tout noirci.
Vous pouvez bien penser quels éclats de rire
Jaillirent alors .... Je ne peux pas vous le dire....
Chacun à son voisin me montrait du doigt
Comme si j'avais été un horrible bandit !
Et tous s'en riaient de voir ma figure
Plein de ce charbon, si noir, si foncé !...
Les musiciens aussi, pour pouvoir me regarder
Ils se tournent vers moi, s'arrêtent de jouer ...
L'un manque de s'étrangler avec sa clarinette,
L'autre, en soufflant trop fort se crève la trompette,
Et le chef, en voulant rire à pleine gorge
Tombe de son estrade, et faillit de se couper le cou !...
L'un me crie de devant : " C'est un nègre d'Afrique ! "
Derrière, l'autre répond : " C'est un singe
d'Amérique ! "
Un grand drôle à côté de moi m'appelle montagnard,
Je te lui lance un coup de poing, je le rabats
sur le sol !
Un vaurien, avec le pied, m'enfonce une côte !
D'un coup de mon bâton je lui casse la mâchoire !..
Vingt me tombent dessus : je peux meugler
au secours,
Eux ils crient plus fort : " Il faut lui écraser
la figure !... "
... Mâché, brisé, rompu...,
les vêtements déchirés,
Je cherchais à m'échapper par la porte
grande ouverte ;
Tous criaient derrière .... pour comble de malheur !...
- " Arrêtez le !... " - Sur le coup je suis pris
comme un voleur !...
Je demande à m'expliquer devant le commissaire :
Que je ne suis pas ni filou, ni révolutionnaire,
Qu'ils m'ont volé, battu : qu'ils ont failli m'enfler,
Et que je suis de Sorgeat, ou je veux m'en revenir...
Ils me traînent chez lui. - Me demandent mon âge,
Mon nom et mon pays... - " Quand à votre
métier
" En voyant seulement, - dit-il, - votre visage,
" J'ai compris sur le coup, que vous étiez un
charbonnier. "
Je te lui raconte alors, toutes mes aventures,
Et les vols, et les coups et aussi les injures.
Les membres brisés et tout étourdi,
Ils m'ont laissé à moitié nu et de froid tout transi !....
- " On m'a volé, - je dis - une montre de cuivre,
" La montre à gousset du grand père ! pesant plus d'une livre !
" Véritable trésor, et qui marchait si bien
" Que Jeanot le bedeau, qui, prés de chez moi loge,
" Venait me l'emprunter pour régler son horloge....
" Ces coquins m'ont tout pris !... Ils ne
m'ont laissé rien !...
- il répondit : - "C'est bon, vous êtes
sans culotte,
" On va, pour le moment vous mettre une capotte.
" Je m'en vais, il est tard ... il va être minuit...
" Au poste, maintenant, vous passerez la nuit. "
Ils m'enferment sur le coup dans une salle basse :
Pour me récurer ils me donnent un petit " banélou",
Une planche pour le lit avec deux doigts de crasse !...
- Ah !... tu m'as coûté bien cher .... brigand
de Garrélou !...
Pendant toute la nuit, punaises et araignées
Tombaient du plafond, me passaient sur les lèvres ;
Les " grïoules " dans un coin faisaient rouler
des châtaignes
Et partout sur le plancher, " cimets " et " babarots "...
Je ne pouvais pas fermer les yeux ; les anches "
me pétabon "
- Mon Dieu ! - pensais-je - quand donc
sera-t-il jour
Et tu pourras t'en aller ! - Mais prés de midi
Ils ouvraient la petite porte, sur le coup
me " délargabon ".
L'obscurité de ce cachot m'avait tout " embahit ",...
En voyant le soleil, je fus réjoui !...
Comme un mulet échappé, sans bride ni licol
Je m'en vais " as quatré pés " à la maison de
mon Maître
Les enfants derrière moi, peu à peu s'amassaient,
Tout en " m'escridassan ", de " trouchès
m'acampabon " !...
Quand il me voit arriver, Monsieur hausse
les sourcils....
- " Je te crois bien - dit-il - reviens dans ta famille...
" D'où venez-vous comme çà ? Que t'ont-ils dit !
que t'ont-ils fait ,...
- " Ils m'ont mis au cachot ! où j'ai passé la nuit !
" Que j'ai beaucoup souffert ! Monsieur; et que j'ai trimé la galère !... "
Je te lui raconte mon malheur ... je faisais tellement
pitié
Que monsieur fut touché de voir ma misère
Et il m'habilla de neuf, du chapeau aux guêtres ....
Ainsi réconforté, je reviens dans ma commune ;
Tous, croyaient pour le coup, que j'avais fait
fortune !...
Jamais plus , vers là-bas en bas, ils me voleront
d'argent !
Et m'y verront pas plus servir d'amusement.





201952 visites
contact . infos pratiques . plan du site . météo . newsLetter . liens . remerciements

Tous droits réservés © Laurent Rameil