ven 18 août 2017
Contes et histoires - La légende de l'étang de l'Hers Sur les montagnes qui domine le pic de Montbeas sommeille une nappe d'eau : c'est l'étang de l'Hers qui donne naissance à l'Arac, affluent du Sabat.

Depuis une époque lointaine, de vastes pâturages s'étendaient dans ces parages, et d'après la tradition, un village s'élevait autrefois à l'emplacement du lac actuel. Venu les beaux jours, la neige s'amenuisait rapidement, et dès que l'herbe poussait partout, les bergers de l'Hers conduisaient les troupeaux à "taoûpo d'ous", à la "coumo grando", à "Bispol". Ils surveillaient les animaux pendant la belle saison. En septembre, les troupeaux redescendaient au village pour y passer l'hiver. Dans la demi clarté du jour agonisant, un homme marchait vers le village. Il était pauvre et vêtu de haillons.
Il portait une besace sur les épaules :

- Que la paix soit avec vous ! , dit-il. Je viens vous demander l'hospitalité et un peu de repas pour calmer ma faim.
Celui qui paraissait être le chef du village demanda au pauvre :
- Qui es-tu ?
- Je ne demande pas grand chose, répondit-il. Une humble hospitalité pour la nuit. Si je ne craignais pas le mauvais temps, j'aurai passé les cols pour chercher sur l'autre versant des montagnes quelque maison hospitalière.

Sentant qu'il n'était pas le bien venu, l'homme n'insista pas. Il reprit son bâton, remis sa besace sur ses épaules et se perdit dans la nuit... cependant, il n'alla pas loin. Il s'arrêta devant une chaumière qu'habitaient un berger et sa fille. Le chemineau s'en vint frapper à la porte de cette demeure et demanda l'hospitalité pour la nuit.
- Sois le bien venu, lui dit le berger. Tu vas partager notre repas et tu passeras la nuit ici. Demain matin, tu pourras reprendre ton chemin. Il serait imprudent de parcourir la montagne en ce moment, car le temps devient très mauvais.
- La nuit va être terrible, répondit le chemineau. Il serait nécessaire que nous quittions ce lieu aussi vite que possible. Les gens du village m'ont repoussé quand j'ai frappé à leur porte, et la colère Céleste va se manifester ! Tout va être englouti : maisons, hommes et bêtes ! Viens, ta fille et toi serez épargnes. Vous entendrez un grand bruit. Mais je vous recommande de ne pas vous retourner, car vous seriez immédiatement changé en pierre !

Vivement impressionnés, le père et la fille se saisirent à la hâte de quelques objets essentiels, puis ils suivirent le voyageur, qui pris la direction du Cap del Port. Alors le tonnerre se fit entendre, puis des trombes d'eau s'abattirent sur le village. Et quelques instants après, une énorme avalanche de terre et de pierres se détacha du flanc des monts et vint engloutir maisons et habitants. Mais au moment où le cataclysme se produisit, la jeune fille ne pût résister à sa curiosité, et oubliant l'avertissement que lui avait donné l'étranger, elle se retourna dans la posture de la prière. Elle fût aussitôt changer en pierre.

Et non loin des rives du lac, sur le chemin qui conduit au Port de L'Hers, on peut voir la jeune fille figée pour toujours dans la prière, qu'on appelle de nos jours "Lé Roc dé la Mountagno".


Rolande Bertrand-Maury




206853 visites
contact . infos pratiques . plan du site . météo . newsLetter . liens . remerciements

Tous droits réservés © Laurent Rameil